AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Allen Andrson [Fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
Allen Anderson
Membre
Membre
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 24

MessageSujet: Allen Andrson [Fini]   Mar 8 Sep - 20:00

»Nom: Anderson
» Prénom: Allen
» Age: 16 ans
» Origine: Anglaise
» Emploi: Etudiant

» Caractère:

Cruelle, bien cruelle la vie.}

Si la vie avait été plus clémente, il aurait été un garçon joyeux, fort et plein d’entrain. Mais la vie ravagea tout sur son passage, laissant une coquille vide. Un garçon aux yeux troués, noirs. Les lueurs qui dansaient autrefois dans son regard se sont éteintes à jamais. C’était un garçon calme et attentif. Ca l’est toujours, mais on le remarque moins puisqu’il s’est à présent, comme beaucoup d’autre, muré dans le silence. C’est son regard sans vie qui se balade sur tous ces gens qui passent, lent et incapable. Un regard chargé de remords, de reproche et de peur. Oui, il à peur et il souffre tellement fort, tellement fort. Et aucune main tendre ne s’est tendue vers lui pour l’aider à se relever. Il est douée en sport, il aime courir, il aime faire toute sorte de choses. Mais il les fait de manière vide, ses gestes sont lents et posés, mais vide de sens et d’envie. Il n’a plus de flamme qui fait battre son cœur, d’ailleurs, bat-il encore ? Il ne s’énerve que très rarement, il rêve très peu. Avant, il était très sensible et il écoutait et prenait conseil sur les remarques des autres, à présent tout glisse sur lui, comme de la boue. On le bouscule dans un couloir ? Il ne dit rien et se relève. Il parle assez peu mais quand il est en confiance, il arrive à tenir une conversation plus longue.
Il n’a jamais eu l’occasion de découvrir l’amour et ne connais pas les filles. Ni les garçons d’ailleurs. Avant, il était très amical, là, il faut du temps pour l’apprivoiser et le comprendre. Un air de tristesse se balade souvent sur son visage, mais lorsque de rare demi-sourire passent sur son visage, il est illuminé. Il apprécie beaucoup la musique classique et se passe beaucoup de piano, seule chose qui l’apaise vraiment. Il ne le dit pas, mais il à toujours besoin de quelqu’un avec lui, un ami, une amie, qui saurait l’aider et qui ne le laisserait pas sombrer dans la folie. Mais il n’est pas d’un tempérament de battant, il ne se laissait pas facilement abattre, mais à présent, tout le fatigue, la vie est un calvaire et il ne veut qu’une chose en être délivré. Que ce soit par la mort ou la guérison. Son esprit se tourne vers l’issue la plus facile…La mort.
Il est fatigué, fatigué de s’accrocher pour rien, il n’as aucun avenir, il est peu être très brillant en cour, mais rien ne le motive alors il se contente de faire et il attend.

La mort est si facile, tellement facile, s’y abandonner serait le bonheur. Mot qui ne fait plus partie de son vocabulaire, déjà très limité…



» Description physique:

Ange déchu ?}


Son visage souvent assombris par les malheurs passés. Son visage d’ange, un ange déchu dont les ailes se sont brisées. Un ange, aux cheveux blancs, d’un blanc comme la neige. Et aux yeux argent, d’un gris clair, comme un ciel en fin d’orage. Des yeux qui étaient autrefois joueurs, maintenant éteints. Un regard presque vide, mais qui recèle encore quelques parcelles d’humanité. Son visage anguleux et fin donne un air un peu plus rocailleux à sa frimousse encore un peu enfantine. Sa bouche sourit peur, mais sourit tout de même, dévoilant des dents blanches et bien alignées. Ses cheveux blancs encadrant son visage de mèches folles, mi long. C’est un beau jeune homme, un gentil jeune homme, mais tellement vide et seul…
Les ombres qui passent parfois sur son visage ne le rendent pas plus froid ou plus distant, non, une leur mystérieuse plane sur son visage, le rendant…Attirant ? A vous de juger.
Ses longues mains fines et blanches n’arrêtent pas de pianoter sur al table, faisant un petit bruit assez désagréable. *Taptaptap…* Ses membres sont longilignes et assez fins, même s’il fait beaucoup de sport. Il possède un corps élancé et bien proportionné, en somme, c’est un bel home.
Son style vestimentaire est assez particulier, il aime les uniformes, mais il porte souvent une veste noire à col chinois bordé de rouge. Ainsi qu’un pantalon simple et noir. Il à un style mi anglais, mi japonais.
Il est assez grand, un mètre quatre vingt. C’est un garçon, c’est bien normal.
Une démarche gracieuse et élégante, des épaules larges et rassurante, une carrure frêle mais énergique, toutes ces choses qui font que les filles adorent, du moins celles de l’extérieur, car dans cet internat, les filles remarque peu les garçons et vice versa. Il n’attend qu’une seule chose, que quelqu’un l’aide à oublier, il est prêt à tout pour cela, j’ai bien dit à tout…

[trop court, mais j’ai pas bcp de temps i_i je ferais mieux en rp !]


» Histoire:

Cauchemar.}

Noir si noir, encore plus noir.
Blanc, si blanc, encore plus blanc.
Tellement que cela m’aveugle.
Peur, si peur…Froid si froid…Des paroles qui se perdent dans l’air. Un message de malheur et de mort. Un message qui bouleversera les nuits du jeune Allen Anderson. Des nuits de cauchemars, à la recherche de cet être qui parle dans sa tête. Un frisson le parcourait à l’approche de la nuit, une nuit si froide et si terrible. Les mains pressées contre son crâne d’enfant, il luttait désespérément pour les chasser, ces voix terrible. Les fantômes du passés ne s’oublient pas si facilement. Et ils suivent bien longtemps leur hôte. L’obscuritée de la chambre, la solitude du garçon, la peur du vide et du désespoir. Tout ça cumulé, et vos nerfs lâchent. Pourtant il tint. Dans le lit de son orphelinat, le jeune Allen Anderson se scarifie les bras, les fantômes de son père et de sa mère qui hantent ses rêves à jamais, leur mort reste gravé dans sa mémoire d’enfant, apparemment le temps fait oublier, mais lui n’oublie pas.

Ce qu’il en était Avant.}

C’était une jolie maison, c’était une jolie famille, c’était un bel homme, c’était une belle femme et ensemble ils avaient eu un bel enfant, un petit garçon aux cheveux blancs et aux yeux argent. Ils le baptisèrent Allen. Ils vivaient en Angleterre, une terre riche et prospère, une belle terre. Leur famille semblait incassable, la vie leur souriait. Un bonheur parfait en somme et des jours heureux qui coulaient tel le cours d’une rivière. C’était de la poésie, leur quotidien était une poésie. Toute leur vie semblait tracée dans un chemin bordé de bonheur et de jours heureux. Le blanc illuminait leur vie. Tout était si beau, Allen était un gamin extraordinaire, ses parents étaient fiers de lui.
Mais souvent, trop souvent, le noir remplace le blanc, l’ombre tue la lumière et la destinée ce fait bien plus cruelle que ce que l’on espérait, c’est terrible, dur, injuste, mais c’est la vie, c’est ce pour quoi nous sommes nés.

Ce qu’il en fut ensuite.}

Fou, tous tellement fou de croire au bonheur, le bonheur n’existe pas, seul le malheur prédomine. Fou, tellement fou.
Un « fou » oui, un « fou » dans la nuit qui rôde, aux informations, on à dis qu’il s’était échappé de l’asile. Qu’il fallait tout fermer pour ne pas le laisser entrer. On se croirait dans un mauvais film d’horreur, dans ces blagues débiles qui font peur aux gamins ou qu’on se raconte quand on est entre amis. Effectivement, ça y ressemble, et c’est aussi simple. Alors, on recommande bien de tout fermer, et évidement, ceux qui croient au bonheur et qui pense que rien ne leur arrivera, laisse ouvert. Hihihi, quelle tragédie, quelle horrible scène va se tramer cette nuit là. Sous les yeux d’argent d’un gamin de sept ans.
Une fenêtre mal fermée. Un bruit inquiétant au dehors, une nuit si dense qu’on ne voit rien, une télé marchant un peu trop forte. Une ombre furtive qui passe, sans un bruit. Un cri, un rire démoniaque et c’est la fin du monde. Le gamin descend, alarmé, il sait déjà qu’il ne dormira plus jamais d’un sommeil paisible. Une main ensanglantée dépasse du couloir. Avancer, il faut avancer. Et il avance. On entend des bruits, un couteau qui rentre dans la chair. Il avance toujours et il voit. Un frisson d’horreur le parcourt en voyant cette boucherie. Il le voit, l’autre le voit aussi, il s’approche vers lui, il est couvert de sang, on dirait un clown, Allen à toujours eu peur des clowns. Il avance encore, alors Allen ferme les yeux, prêt à mourir. Mais le fou passe, le regarde, met son doigt sur sa bouche en émettant un petit rire « Hihihi » et ce fut tout. Allen rouvrit les yeux, il vit les corps de ses parents, ensanglantés. Il s’avance en tremblant vers son père. Il est mort, cela se voit. Il va vers sa mère, qui elle à les yeux grands ouverts. Elle murmure ces paroles qui glaceront à jamais le sang de l’enfant : « Noir, si noir, encore plus noir. Blanc, si blanc, encore plus blanc. Tellement que ça m’aveugle. Peur si, peur….Froid, si froid… » Et ce fut tout, elle mourut. On retrouva quelque jours après le corps d’Allen évanoui sur le carrelage maculé de sang. On l’emmena à l’hôpital ou il passa un an, puis on le plaça en orphelinat, il fut suivit par un psychologue.

Ce qu’il en est à présent.}

C’est avec douleur qu’il se lève chaque matin, ayant vaincu pour une nuit, les fantômes du passé, les démons de l’angoisse. C’est avec lenteur qu’il s’avance vers le réfectoire. Et c’est avec tristesse qu’il s’assoit dans sa salle de cour. C’est avec peur qu’il s’avance vers ce lit qui le tue un peu plus chaque jour, il va mourir, il le sait, il le sent.

Une fois, dans la cour de l’orphelinat, un gamin étant au courant de la tragédie, questionna Allen sur l’identité du « fou ».

-A quoi ressemblait-il ?
- A un clown, répétait sans cesse Allen, les yeux remplis d’angoisse.

Il dit la même chose au psychologue et ne cesse de le répéter quand on lui demande. Depuis il à une peur affreuse des clowns, et les fantômes du passés hantent sa vie. Il ne sait pas s’il tiendra encore longtemps…

Le temps choisira…



» Avez-vous lu le règlement ? Oui, trop peur de
mourir


La suite arrive bientôt, je le jure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Anderson
Membre
Membre
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 24

MessageSujet: Re: Allen Andrson [Fini]   Lun 14 Sep - 13:29

Voilà, j'ai fini =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akizuki Kamuï
Admin
Admin
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 26
Âge : Rouen

MessageSujet: Re: Allen Andrson [Fini]   Mar 15 Sep - 22:50

Bou moi aussi j'ai peur des clowns T.T

Breff tout est parfait je te valide xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allen Andrson [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allen Andrson [Fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Du pur ZELIG de Woody Allen cette photo du Général !!
» Allen Meadows and his New Burghound Book
» Anegdote avec vos nabz..... On n'a pas fini d'en rire :-D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Following my Nightmare :: L'entre des Enfers :: → Présentations :: » Présentation de votre Personnage :: » Personnages Validés-
Sauter vers: