AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kobori Yusuke
Psychologue
Psychologue
Kobori Yusuke

Messages : 41
Date d'inscription : 11/08/2009
Âge : 27 ans.

Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] EmptyMar 11 Aoû - 14:15

» Nom: Kobori.
» Prénom: Yusuke.
» Age: Vingt-sept ans.
» Origine: Il est Franco-japonais, et son nom vient du souhait de son père. Sa mère était française, et il est né d'une union interdite, mais c'est une autre histoire.
» Emploi: Je suis psychologue dans le lycée IHAD, pour mon plus grand plaisir.

» Caractère:
Je pourrai vous dire que je suis joyeux et heureux. Mais ce serait vous mentir. Je pourrai aussi vous dire que je suis terriblement dépressif et sans aucune envie. Mais ce serait aussi vous mentir. Je n’arrive pas à me définir. Je ne suis ni heureux, ni triste. Ni enjoué, ni fainéant. Je suis juste morne. Morne et plat, sans grande vivacité, je vis plutôt comme je peux, dans mon microcosme.
Je n’aime pas beaucoup les endroits inconnus, et quitte de ce fait très rarement les lieux habituels à ma vie. Cependant, des changements radicaux se font, parfois, comme mon arrivée à Tokyo. Je suis comme ça. J’admire, j’aime, je vénère, et puis j’oublie pour autre chose. Sûrement un excès de confiance en moi. Les femmes, la musique, la bouffe, tout est pareil pour moi. On aime, et puis on aime plus. Je suis donc extrêmement confiant. Je sais de quoi je suis capable et suis parfaitement conscient de mes capacités faibles en certains domaines tels que la cuisine ou toutes ces choses que l’on attribue aux femmes. Et si j’adopte ces façons de pensées peu avantageuses pour la gente féminine, c’est sûrement pour faire une balance avec moi-même, et ne pas atteindre un seuil de personnalité trop proche de la perfection. Je vous expliquerai ça un peu plus tard.

Je suis psychologue parce que la condition humaine me fascine. Comment des animaux aussi intelligents que nous pouvons rester aussi bestiaux et sauvages ? De plus, nous sommes si intelligents que personne n’a jamais su expliquer de manière précise le fonctionnement d’un corps humain. Il y a toujours un « c’est comme ça » qui répond à la question sensée d’un esprit curieux. Alors, je cherche à comprendre le fonctionnement de l’esprit humain. Nous avons peur, nous avons envie de choses, et nous avons, nous aussi, nos instincts animaux que nous cachons derrière une trop grande intelligence. Et puis, il y a les enfants. Les enfants dessinent, parlent et racontent le fruit de leurs pensées, sombres ou heureuses. Leurs rêves, ils les disent. Et les rêves sont significatifs. Je veux connaître leurs souffrances, savoir que je ne suis pas le seul à avoir mal dans mon sommeil. Alors je les écoute, et je les soigne par les mots. Parce que je me soulage aussi. Non pas de faire de bonnes actions, mes de me rassurer indirectement.
J’aime leur montrer un Kobori-san agréable, délicat et doux. J’aime les laisser penser que le monde n’est pas tout noir, ni tout méchant. J’aurai aimé y croire, moi aussi, étant plus jeune. Mais peu importe, je suis grand, maintenant. Alors je tente de sauver ces enfants du mal qui peut les engloutir, pour me rassurer moi-même une nouvelle fois. C’est un joli monde, que nous avons.

J’attache une énorme importance au physique, et suis toujours impeccablement présenté. Ami du luxe et de la richesse, je rêve de vivre dans de grands palais français et de conduire les plus belles voitures, dans les vêtements les plus chers. Grand séducteur et grand romantique, je cherche toujours le meilleur pour plaire à ces dames, qui sont nombreuses à me fréquenter. Je n’ai cependant pas les moyens de réaliser mes rêves, et suis pour le moment condamner à économiser sévèrement pour pouvoir, en cas de besoin et à tout moment, prouver que je ne suis pas sans le sous, ce qui serait une grande honte pour moi.
J’aime beaucoup de chose, et il serait dur de tout citer ici. Mais contentez vous de savoir que je suis amateur de musique classique, et que j’apprécie énormément le silence et le calme que ce genre peut laisser en nous. Un repos souple et bien mérité dans une ville qui bouge sans cesse. Je parle peu, si ce n’est avec mes clients. Sûrement un silence dû à l’évolution de la musique en moi. Je suis incapable de parler quand j’entends un air tel que la septième symphonie de Beethoven, ou bien le duo pour piano de Mozart. Grande passionné de littérature, j’admire Ernest Hemingway pour son romantisme cru. Franc et délicat, je me reconnais dans ses livres. C’est ça qui fait que j’aime les choses. Je veux que Yusuke Kobori puisse se reconnaître dans les œuvres. Ainsi, je préfère très largement Monet à Picasso, bien que leurs œuvres soient difficilement comparables. Narcissisme prononcé et amour de moi-même sans aucun doute, je suis facilement détestable. C’est pour ça que j’use d’une politesse sans nom de et sourires charmeurs pour éviter de me retrouver seul sans arrêt.

» Description physique:
Si je devais être modeste, je dirai que je suis bel homme. Modeste, je ne le suis pas vraiment. Je suis un dieu de beauté, qui fait fondre les yeux des jeunes femmes, qui fait chavirer les cœurs de mes patients, et qui fait trembler les dames mûres mariées depuis longtemps. On ne peut nier ma saisissante beauté, la délicatesse de mon corps et la finesse de mes traits, et le plaisir que l’on peut avoir à me regarder ne me fait nullement douter. Ni vous, ni moi, n’avez jamais vu de telle créature. Sous mon mètre quatre-vingts se dresse une masse musculaire minimale et, caché sous des vêtements que je voudrai luxueux, des membres maigres et fermes usés de baisers et d’amour.

En effet, je suis loin d’être viril tel ces héros américains que l’on voit dans les films, ultra médiatisés et sans réel intérêt. Je suis loin de ressembler à ces hommes musclés et bronzés, très sportifs et très souriants. Certes, j’ai les cheveux blonds, donnés de ma mère. Mais ma peau pâle laisse à penser que je suis sans cesse malade. Pourtant, je suis loin de l’être. Et puis, ma maigreur fait croire à une malnutrition, ce qui n’est absolument pas le cas. En effet, ne sachant pas cuisiner, je me nourris principalement de plats instantanés ou précuits. Mais soit, on pourrait me confondre avec une fille, si on ne notait pas mon visage. Sous ma cascade de cheveux blonds arrangés négligemment pour me donner ce côté sauvage et mauvais garçon qui plaît aux dames se dessine un nez fin et discret, au dessus de lèvres attirantes et légères. Elles ne sont pas pulpeuses, juste très fines. Délicates.
Et puis, il y a mes yeux. Diamants de sang, rubis de cristal, ils dansent sur mon visage comme le feraient deux étoiles dans un ciel pâle. En effet, de couleur indéfinie, ils se fondent du mauve au pourpre, pour accentuer cette chose d’inhumain que l’on trouve dans mon physique parfait. Et j’aime ce physique étrange de prince, charmeur et attirant.

Je ne le sais que trop bien, je plais. On m’aime, on me trouve parfait, et doux. On m’adore, on me complimente, et tout ça dans la plus minime des discrétions. Il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir une aventure avec une cliente. Et puis, il m’est arrivé de charmer un homme par mes sourires et ma voix chaude, quelques fois. Après, cela entre dans le domaine privé. Mais ne cherchez pas à me fuir, j’ai aussi des sentiments, et j’obtiens ce que je désire. Mais je déteste être forcé, poussé, suivi, et c’est pour ça que je garde tout de même ce caractère hautain et désagréable, que l’on m’accordera sans nul doute. Je n’en use que lorsqu’il est nécessaire, contre une demoiselle trop amoureuse ou un homme trop attaché…

» Histoire: Post suivant ;D

» Avez-vous lu le règlement ? Oui. Trop peur de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kobori Yusuke
Psychologue
Psychologue
Kobori Yusuke

Messages : 41
Date d'inscription : 11/08/2009
Âge : 27 ans.

Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Re: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] EmptyMar 11 Aoû - 16:13

Les enfants ne sont pas tous désirés. A leur naissance, ils sont alors rejetés de leurs parents, et perdent ainsi le plus grand repère de leur vie. Vous le savez peut être, mais jusqu’à un certain âge, pour l’enfant, les parents sont des dieux. Des modèles à qui l’enfant veut ressembler. Et puis, il arrive parfois que l’enfant développe le complexe d’Œdipe. De ce fait, l’enfant s’attache d’un amour puissant à sa mère, et ne supporte pas l’idée qu’un autre homme, même son père, s’interpose entre sa mère et lui.
Ceci est valable pour énormément d’enfants, même ceux qui n’étaient pas désirés. Ils n’en restent pas moins humain, n’est-ce pas ? Ne pensez-vous pas que leur vie est un enfer ? Si vous tombiez amoureux de quelqu’un qui vous rejette totalement, ne soufreriez vous pas d’un manque d’amour conséquent ? Et le dieux qu’est alors le parent devient une menace pour l’avenir de l’enfant.

Je suis un enfant no désiré. Je ne sais rien sur la rencontre de mes parents, ma mère n’a jamais rien voulu me dire. Elle n’a jamais rien voulu de toute façon. Enfin soit, je n’étais pas le bienvenu. Mais j’ai grandi correctement. Je sais juste que mes parents se sont rencontrés le temps d’une nuit, une nuit passionnelle, et puis laissant place à une vie de cauchemar. Mon père, un japonais, est rentré chez lui, rejoindre sa femme, et peut être ses enfants, et a laissé ma mère avec un enfant. Moi, donc. Je suis né en France, à Paris, il y a vingt-sept ans. Comptez. Je suis né dans les années quatre-vingts. Mais soit.
J’étais, moi aussi, humain. Moi aussi j’ai aimé ma mère comme elle aimait mon père cette nuit là. Mais elle ne me l’a jamais rendu. Elle m’a élevé comme elle aurait élevé le fils du voisin. Avec sérieux, mais sans amour maternel. J’ai donc eu droit à une éducation exemplaire dénuée de sentiments. En plus de ça, Maman m’a appris l’amour de dieu. Je suis devenu croyant contre mon gré, allant à la messe les dimanches, priant avant de dormir, tout ça pour éviter de me retrouver loin de ma mère.

Je me demande maintenant pourquoi elle n’a pas avorté ? Je me demande maintenant s’il est vraiment dur pour une femme de laisser derrière elle un enfant qu’elle ne désirait pas. Après tout, l’enfant non désiré représente un poids très lourd pour l’esprit humain. C’est pour ça qu’on fait adopter ses enfants. Mais non, elle m’a gardé et m’a appris à vivre. Sans se soucier des regards moqueurs ou du qu’en-dira-t-on, elle m’a élevé seule. C’était une femme forte.
J’aurai préféré ne pas naître plutôt que de vivre mon enfance comme je l’ai vécu. Je ne pouvais être heureux, il manquait sans cesse quelque chose. Un vide que personne n’arrivait à combler. Aujourd’hui encore, il y a un trou loin derrière moi que je n’arrive pas à boucher, même si je fais marche arrière.

Je suis allé à l’école et ait fait des études littéraires en province. Ma mère et moi avions quitté Paris alors que j’vais dix ans. J’ai toujours eu des résultats scolaires satisfaisants. Je voulais vraiment que Maman soit fière de moi. J’étais tout de même son fils. Mais non, je n’étais qu’un enfant. Pas un enfant exceptionnel, unique, j’étais, à ses yeux tristes, comme tous ces enfants qui se tenaient droits sur les photos de classe. Je voyais Maman ramener des hommes à la maison, alors que je n’avais pas l’âge de comprendre qui était mon père parmi tous ceux là. J’ai pensé qu’il était normal d’aimer simplement dans les lits. J’ai pensé qu’il était normal d’utiliser ma beauté pour me sentir moins seul. Les gens ne m’aimaient pas vraiment, en France. J’étais une beauté étrangère. Et, de plus, une beauté sans père. Yusuke n’était pas non plus commun, là bas, et la prononciation de mon prénom laissait planer le doute.

« D’où tu viens, Yusuke ? »
Je viens d’ici, je viens de France, ne me regardez pas comme ça ! Oui, j’ai les yeux bridés, mais je suis Français. Mon dieu, aidez moi ! Dîtes leur que je suis Français ! La jeunesse et l’enfance est cruelle. C’est une période où l’humain est cruel sans se cacher. En grandissant, les coups bas sont plus utilisés. Mais à dix ans, on frappe et on insulte.

« Rentre chez toi, Yusuke ! »
Pourtant, j’étais chez moi. C’est une chose que je n’ai pas compris. Doit-on être blanc avec de grands yeux pour être Français ? Qu’est-ce qui différencie les Français des Allemands ? Et les Chinois des Coréens ? Et les Japonais ? Où sont-ils ?

Ma vie a changé radicalement lorsque je suis parti. C’était en décembre, ma mère m’attendait à la maison. J’avais alors vingt-deux ans, et m’apprêtait à déménager. J’avais fini mes études, avait diplômes et tout le nécessaire de travail, je voulais vivre ma vie loin de ma mère. Je voulais, elle aussi, la laisser vivre. Elle m’a dit de m’asseoir et m’a tendu on paquet de cigarettes. Un geste inhabituel ? Et je me souviens encore de son discours. Je le connais par cœur. Je l’écris, de temps en temps. Je le connais, je l’admire et je le déteste.

« Yu, t’es grand. Moi, je retourne à Paris. Toi, tu vas à Tokyo. Tu va retrouver ton putain de père, peut être. Tu l’as jamais vu, mais ça, c’est pas mon problème. J’t’ai pris un billet d’avion pour ce week end. Tu fais tes valises, tu t’en vas dans quatre jours, et tu vis ta vie. J’pense pas avoir été une trop mauvaise mère, mais c’est pas une expérience que je retenterai. Alors tu prends une clope, tu la fumes jusqu’au bout, et tu te dis bien que c’est la dernière chose que t’obtiendras de moi. J’te laisse de l’argent pour ta vie là bas. Et puis j’te laisse une adresse. Si jamais tu veux m’écrire. J’m’en fous, moi. J’ai un mec, je vivrai avec lui, et c’est hors de question que je te revois. Salut. »

Au mot près. Ce fut ça, au mot près, la dernière chose que ma mère me dit. Je suis donc parti à Tokyo. Ne rêvez pas, elle ne m’a pas accompagné à l’aéroport. Mais j’ai quitté la France avec un extrême soulagement. Je repartais vers un pays où je saurais quoi faire de mes questions. Retrouver mon père n’était pas un objectif. Je ne l’avais jamais vu, et son existence me paraissait tout à fait inutile. Mais je suis arrivé au Japon, et ai commencé ma vie.

Je suis devenu psychologue dans ce lycée. En cinq ans, le souvenir de ma mère est resté intact. Celui d’une femme forte me tendant son paquet de cigarette. Je regardai encore et toujours l’adresse laissée. Je ne savais pas où c’était, dans Paris. Et puis, j’ai fini par me décider à écrire. Le contenu de ma lettre ne vous sera pas dévoilé. Mais si vous voulez une idée de ce que j’ai pu lui dire, je peux bien vous avouer quelques détails. J’ai raconté à ma mère ma vie en France, par le biais d’anecdotes mélancoliques et de phrases longues et lourdes de larmes d’enfance que je ne laisserai plus couler. J’ai expliqué qu’elle n’avait pas été une mauvaise mère, mais qu’elle avait encore du progrès à faire. Je lui ai tout dit, chose que je n’avais jamais su faire en face d’elle. Mais les mots coulaient de mon stylo, et tombaient en masse sur les feuilles que je n’osais jamais envoyer. J’ai fini par le faire, après cinq ans de silence.

Et avant d’arriver au lycée, j’ai reçu une réponse. L’écriture était fine, les mots bien utilisés. Maman me disait qu’elle était heureuse avec son amant, et avouait qu’elle pensait à moi. Elle s’est longuement excusée pour ses aspects de mère froide, mais elle s’excusait encore plus pour n’avoir jamais éprouvé autre chose que de la peine pour moi. Elle m’a prié de ne pas lui répondre, mais a glissé un numéro de téléphone dans la l’enveloppe. Je ne la comprenais vraiment pas, et le numéro me fit rire. Mais j’étais heureux. Elle ne m’avait pas oublié. En bas de la lettre, je lus un « Merci » écrit plus petit que les autres mots, d’une main tremblante. Et ça et là, sur la feuille, brillaient des taches anciennement humides. Souvenir de larmes qu’elle ne m’avait jamais montré.

Je le dis, je l’affirme, aujourd’hui, j’aime ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manabu Takayama
Admin
Admin
Manabu Takayama

Messages : 144
Date d'inscription : 01/08/2009
Âge : 8D

Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Re: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] EmptyMar 11 Aoû - 16:53

VALIDE \o/
Premier Psychologue, oh yeah ♥️
Rebienvenue XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mukashi.forumactif.org
Kobori Yusuke
Psychologue
Psychologue
Kobori Yusuke

Messages : 41
Date d'inscription : 11/08/2009
Âge : 27 ans.

Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Re: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] EmptyMar 11 Aoû - 16:55

Merkui (Y)*

Go go RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akizuki Kamuï
Admin
Admin
Akizuki Kamuï

Messages : 385
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 27
Âge : Rouen

Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Re: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] EmptyMar 11 Aoû - 16:56

Rebienvenue pour la deuxieme fois ! xD
Ah psychologue <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fall' Newston
Membre
Membre
Fall' Newston

Messages : 361
Date d'inscription : 05/08/2009
Âge : ... ~

Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Re: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] EmptyMar 11 Aoû - 16:57

Bienvenuuue Psy ♥️ n__n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty
MessageSujet: Re: Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]   Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Yusuke Kobori - Psychologue. [U.C _]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yuyu hakusho - Yusuke Urameshi
» Le faux méchant & la fausse psychologue
» Effet Psychologue
» cv pour etre psychologue
» Les dossiers du psychologue .:Krustiz:.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Following my Nightmare :: L'entre des Enfers :: → Présentations :: » Présentation de votre Personnage :: » Personnages Validés-
Sauter vers: